Retour
1 sur 8

Vous aussi, devenez acteur de changement

28 décembre 2021

Étourdis par le retour à terre, quelques mois se sont écoulés depuis les longues réflexions sur le Brésil et le quotidien des Favelas. Aujourd’hui, les tour du mondistes sont au repos en hivernage au port de l’Aber Wrach. Les émotions se sont bousculées, au fil des dernières découvertes amazoniennes, de la longue transatlantique, puis des frissons du retour au point de départ, après presque 7 années.

Les nouvelles aventures germent déjà sur le pont du Maewan,  il est temps de vous les partager. et de vous permettre d’y participer

 

Rentrer, à la voile

Partis le 28 octobre des Açores, Erwan Le Lann et les membres du collectif « Lost in the Swell », surfeur Bretons que l’on ne présentent plus, ont pour mission de ramener le voilier de l’association Maewan à son port d’attache à l’Aber Wrac’h. Surprise sur la « route », ils ont croisé les concurrents de la Transat Jacques Vabre, l’occasion pour Ronan Gladu (membre de Lost in the Swell) de sortir son drône et capturer cette jolie rencontre. En effet, au large de l’île de Sein, après une longue transatlantique avec des conditions capricieuses et de longues heures de réparation du matériel, les marins se retrouvent entouré de la flotte des IMOCA et des Class40. Éclaboussé par leur vitesse, et la joie de croiser les copains, le retour au camp de base semble de plus en plus réel.

Le rythme du Maewan est plus doux et apte à la découverte. Les souvenirs du départ d’il y a déjà presque 7 année resurgissent alors qu’ils naviguent en direction du port de l’Aber Wrac’h. 7 années pour s’immerger dans un tour du monde des peuples et des territoires. Et quoi de mieux que de terminer son exploration par la Bretagne ! Erwan et les surfeurs des « Lost In The Swell » ont profité de cette dernière navigation pour (re)découvrir les beautés de la côte Atlantique.

 

Le grand Re’Tour du monde

La presse en parle : « Erwan Le Lann, Marion Courtois et toute l’association Maewan viennent de boucler un long périple de 6 années et demi autour de la planète. Samedi dernier, le 13 novembre à 11h, le voilier de l’association a fait son grand retour à l’Aber Wrac’h avec à son bord Erwan Le Lann, Marion Courtois, Jeanne Grégoire et le collectif Lost in the Swell. Pour rappel, le voilier, mené par Erwan Le Lann, avait quitté le port breton le 5 février 2015 avec pour équipage Jeanne Grégoire, Lionel Daudet, Aymeric Clouet et Guillaume Vallot. »

 

Un tour du monde sportif

Quand Erwan Le Lann a quitté l’Aber Wrac’h en direction de l’Islande, son but était de « découvrir la planète en utilisant un mode de transport naturel à travers le monde du sport ». En effet, le bateau permet à Erwan et son équipage (composé de marins et de montagnards) d’avoir une plate-forme partout où ils vont pour découvrir le monde grâce au sport. Le but était  de découvrir des endroits reculés sur cette planète. Après avoir découvert l’Islande et le Groenland, Erwan et son équipage se sont engagés dans le passage du Nord-Ouest (route maritime au Nord du Canada), un passage qui se mérite puisqu’il n’est ouvert que lorsque les glaces ont suffisamment fondu. Maewan devient alors le 278ème bateau à relier les océans Atlantique et Pacifique par ce passage depuis 1903 !
C’est aussi le moment de la prise de conscience pour Erwan, il faut économiser l’eau, faire attention au matériel, ne pas gâcher la nourriture, faire attention à sa santé sur cette embarcation isolée telle une mini terre. Il ne faut pas laisser ce tour du monde rester un projet simplement personnel. Il y a tant à partager sur ce qu’il découvre à chaque instants, à terre ou en mer.

 

Partage d’expérience

« Pendant toutes ces années, nous avons découvert le monde à travers toutes nos émotions, les odeurs, tous nos sens, nous avons été plus loin que des photos. Nous avons eu la chance de faire ce tour du monde, il nous fallait donc pouvoir le partager au plus grand nombre. » expliquent Marion et Erwan. C’est donc en 2017 que Marion Courtois rejoint l’aventure, et créer l’association Maewan en  gardant la même base :  » la découverte du monde grâce au sport, mais en utilisant l’aventure sportive pour nourrir des projets éducatifs et de sensibilisation environnementale. » La création de l’association leur a permis de créer des programmes éducatifs pour sensibiliser des enfants en France et à l’étranger à l’écologie, d’accompagner des jeunes dans leur insertion professionnelle, et d’aider des territoires dans leur démarche de développement d’éco- tourisme.

Aujourd’hui, l’association Maewan s’est agrandie et compte une salariée, 4 services civiques et 2 stagiaires. Elle est financée à 60% par des partenaires privés dont Ball watch, le Groupe Jarnias et Dokever, à 30% par le département de Haute-Savoie, et à 10% par des dons.

 

Ce qui les a le plus marqués en 6 années

Erwan Le Lann : « Je ne peux ni sélectionner un moment où un endroit particulier. Ce qui m’a le plus marqué c’est l’impact de l’activité humaine sur l’ensemble de la planète. Il n’y a pas un seul endroit où nous sommes allés où il n’y a pas un impact majeur de l’activité humaine sur la nature :  pollution, dénaturalisation de lieu, exploitation, même en plein océan. Maintenant à chaque fois qu’on arrive dans un endroit on se demande ce qu’on va y trouver.  Mais heureusement les rencontres des communautés les plus éloignées nous rappellent comment remettre du bon sens dans notre quotidien»

Marion Courtois : « Je retiendrai la variété des paysages et des climats de notre planète. Je souhaite aussi retenir la résilience des humains et de la planète, et on a vu que lorsque des solutions sont mises en place, cela fonctionne. »

 

Maewan en chiffres

– 1 jeu de voiles en 6 ans d’expédition (Grand voile, Génois, Trinquette, Spi symétrique, Tourmentin)

– 22 escales

– 99 équipiers, sportifs de haut niveau, scientifiques, média-mans, éducateurs, médecin et chefs d’entreprise

– 70 000 km parcourut à travers 14 pays

– 138 degrés de latitude traversés

– 1000 enfants accompagnés sur les différents programmes éducatifs soit 30 structures scolaires par an (Polynésie française, Chili, Brésil, France)

– 3 épisodes de web-série environnementale tournés (France, Chili, Brésil)

– 75 jeunes accompagnés individuellement en insertion professionnelle

– 2 projets d’accompagnement vers l’éco-tourisme (À Makatea en Polynésie française, et un en cours en Haute-Savoie pour mettre en place des solutions pour l’après « Or blanc »).

 

Un concept ancré, vers l’avenir

Notre méthodologie a fait ses preuves: piquer l’intérêt par les sports et l’aventure, témoigner avec des exemples vécus pour amener à une meilleure compréhension du cycle de vie. Capitalisons sur ce savoir faire pour participer à la construction d’un monde plus durable.

Aujourd’hui la légitimité par l’expérience vécue nous pousse vers une nouvelle expédition structurée :
– 6 mois d’expédition à la découverte du climat, de peuples et de ses territoires

– 2 actions éducatives, 1 action environnementale permettant de toucher 150 000 bénéficiaires

– 4 escales avec 8 sportifs de classes mondiales, dont un espoir et un sénior

 

La prochaine expédition ? C’est pour le printemps !

À la découverte de la Méditerranée ! Mer au coeur des croisades, remplie d’histoires et point névralgique des migrations, un carrefour entre Moyen-Orient, Afrique et Europe, nous souhaitons nous immiscer dans cette diversité pour mieux la partager.

Au programme : Sensibilisation environnementale avec le tournage d’une web-série sur la solidarité, 4 conférences pour 150 adultes sur la protection de l’environnement (1 dans chaque pays). De l’éducation au développement durable pour 100 enfants à travers 4 ateliers éco-citoyens de 5 jours: en Espagne à Majorque, en Italie à Lampedusa, en France à Sète et en Algérie à Alger. Un atelier d’insertion professionnelle de 10 jours pour des jeunes adultes à Alger. Sans oublier le sport avec de l’escalade, deep water soloing, de l’apnée, du trail, du parapente du VTT, de la danse acrobatique avec la compagnie XY et de la Highline à Alger avec Nathan Paulin.

Dés le retour nous préparerons la prochaine expéditions d’envergure: La route des Indes, longue et périlleuse autour de l’Afrique. Un continent s’étalant sur plus de 70° de latitude, tantôt désertique, tropical, ou tempéré. Une terre offrant une diversité de climat et de cultures sans pareil, habitée depuis la nuit des temps. Plus loin, les portes de l’Asie s’ouvrent, choc de civilisation. Entre les deux, les îles de l’Océan Indien, mélangent de ces deux mondes, entre colonies et esclavage, elles témoignent de la cohabitation des cultures.

En France Maewan continue son pèlerinage de développement durable. L’association cherche les fonds pour créer un voilier pédagogique comme outil de sensibilisation. À terre, il permettra de visualiser la vie à bord comparant le voilier à une mini-terre. L’utilisation quotidienne réfléchie des ressources et des solutions simples accessibles à tous seront présentées et expérimentées. Entre autres, il sera présenté lors des fêtes maritimes de l’Aber Wrach puis au départ de la route du Rhum. Le voilier servira aussi d’outil pédagogique lors des interventions scolaires Maewan, visant 1450 enfants par année à travers 60 interventions. Pour les plus âgés, sont en préparations deux ateliers d’insertion professionnelle par an pour 50 jeunes, ainsi qu’une expédition junior par année.
Plus théoriques, mais tout aussi essentielles, nous mettons en place un cycle de 10 conférences par an  sur la protection de l’environnement et le rôle de chacun. Une conférence par an à l’international permettra d’ouvrir le champ d’action sur une communauté plus large.
Maewan c’est aussi un investissement territorial fort souhaitant s’impliquer dans l’accompagnement en développement durable de 3 territoires. En proposant des initiatives de développement local adaptées aux enjeux sociaux, environnementaux, et économiques.
Par ailleurs, l’association projette aussi de créer la première plateforme de coordination des expéditions de développement durable. Face à un besoin de mise en commun des compétences et des ressources dans cette niche, l’expérience Maewan permettrait une unité pour l’efficience. Face à ces différents projets, un pôle de recherche en collaboration avec le CNRS souhaite être monté pour encadrer et valoriser la recherche action de l’association.

Un retour pour mieux rebondir
Maewan est rentré à son port d’attache et le partage du monde s’intensifie. L’association renforce ses interventions en France, s’ancre dans le territoire tout en se projetant vers de nouveaux apprentissages. L’avenir est prometteur. D’ailleurs pour la suite, un tout jeune moussaillon va agrandir la famille Le Lann / Courtois et ils repartiront au printemps prochain avec un équipier de plus pour l’expédition autour de la Méditerranée.

La suite de l’histoire s’écrit rapidement et Erwan est déterminé :

 » Un tour du monde se termine, fascinant et fatigant autant qu’une routine de vie trop courte. Nous avons fondé l’association Maewan dans le but de partager nos apprentissages, échanger sur les modes de vie, notre objectif : asseoir le concept du voyage utile, apporter notre pierre à l’édifice de l’avenir pour que nos enfants puissent dire : mes parents m’en ont parlé, j’ai trouvé une solution.

Revenir à notre point de départ est le moyen pour nous de s’arrêter pour mieux repartir, on s’en serait douté notre passion et notre motivation est de plus en plus forte alors n’en restons pas là !
L’association Maewan aujourd’hui c’est quoi?
– Parler à plus de jeunes en développant les antennes Maewan Ile de France et Bretagne
– Étoffer notre équipe pour arriver à multiplier nos interventions
– Repartir au printemps pour une campagne de trois mois en Méditerranée et découvrir ce carrefour inter culturel historique
– Acquérir le futur voilier « Maewan 5 », un peu plus grand pour permettre à notre enfant de voyager avec nous
– Préparer notre deuxième tour du monde, une grande boucle autour de l’autre terre, celle qui regroupe Europe, Asie, Afrique

Chercher les partenaires qui vont nous permettre de renforcer nos actions, développer nos idées, faire que demain soit une ère où tous nous vivrons bien ensemble dans notre espace aux ressources limitées.
Rejoignez-nous et soyez acteur de nos interventions en nous aidant à financer l’association Maewan, sous forme de dons, de sponsoring ou de mécénat, nous avons besoin de vous. »

 

Maewan, ça se finance comment ?

Maewan est une association d’intérêt général, elle n’a donc pas de but lucratif ni de production de valeurs commerciale, comment les projets peuvent donc se financer ?
En effet, comme toute ONG, les financements sont au cœur des besoins même si au contraire d’une entreprise, les actions d’une association œuvrent pour une cause et non pour une production de valeur. Dans ce cas, les structures ont chacune leurs politiques de finances. Maewan a fait le choix de la neutralité ! L’association souhaite une répartition à parts égales entre ses fonds propres, principalement réalisés lors d’évènements et conférences, de vente et de production multimédias, produits dérivés puis les fonds publics grâce au soutien des collectivités sur le thème de l’éducation et du développement territorial principalement, ainsi que les fonds privés, réalisés par du mécénat d’entreprise et des sponsorings.
Les dons de particuliers sont à l’heure d’aujourd’hui une aide non négligeable pour l’association et représentent 10% des finances de l’association.
Reconnue par l’état d’intérêt général, l’association permet donc à ses donateurs une déduction d’impôt conséquente de 60% !    – 100 € pour Maewan => Il ne vous en coutera que 40€

Pour permettre à Maewan d’avancer vers la réalisation de ses projets, il est aujourd’hui essentiel qu’elle puisse réaliser une levée de fond.
Cette levée de fond permettra le développement de tous les projets ainsi que le salariat d’Erwan, aventurier, sportif, éducateur, protecteur de l’environnement et bientôt Papa, mais investissant la totalité de ses fonds pour la réalisation des projets de l’association.

Pour vous inscrire dans la communauté Maewan, ses valeurs et son cheminement, vous pouvez aujourd’hui faire un don personnel, grâce à la plateforme de Hello Asso. Déductible d’impôt il vous permettra l’abonnement à la newsletter et une invitation privée à tous les évènements.

Entrepreneur, vous pouvez décider d’enclencher votre démarche RSE à nos côtés et d’investir dans une visibilité éthique, internationale et en pleine expansion. Comme tous nos partenaires actuels, vous aurez votre logo sur notre site ainsi qu’une offre de visibilité, d’audits et de suivi RSE, de représentation, et d’éducation adaptée à vos besoins et votre investissement.

Bénévoles dans l’âme ? Vous pouvez nous partager vos compétences, monter des projets à nos côtés et investir votre temps et vos valeurs dans la communauté Maewan. Ecrivez-nous, et rejoignez la communauté !

Sportif ? Vous pouvez choisir d’associer votre image et vos projets à nos valeurs en participant à nos expéditions et vous investissant dans la communauté.

Influenceur/euse ? Vous vous reconnaissez dans les valeurs Maewan ? Vous souhaitez associer votre image à nos projets et apprendre plus sur le développement durable, l’éducation, l’insertion sociale en France et à l’international ? Écrivez-nous ! De nombreuses possibilités peuvent être mises en place en fonction de votre projet.

À chacun d’écrire son histoire, d’agir en fonction de ses convictions, de pousser le monde là il nous semble bon que nos enfants le découvrent.

À Lire aussi

Après avoir enquêté sur l’origine et la réalité des favelas au Brésil, notre équipe est allée à la rencontre des ses habitants. Elle retient une expérience riche en apprentissages, une ... Le Brésil, pays riche en culture attire toujours plus de visiteurs au sein de ses terres. Les touristes venus du monde entier ont le désir de vivre des expériences locales. ...
Découvrir

Les favelas au Brésil, entre stéréotypes et réalité

05 juillet 2021

Alors que l’aventure en Terre de Feu a pris fin il y a à peine quelques semaines, revenons ensemble sur cette épopée et ses moments forts, en suivant le voilier ...
Découvrir

Il était une fois… une fabuleuse escale patagonienne

04 juin 2021