Retour
1 sur 1

Au bout du monde, les ancêtres savaient déjà s’adapter à un climat extrême

2 octobre 2020

Une étude montre que les peuples originaires de la région de Magellan (extrémité méridionale de l’Amérique du Sud) avaient déjà développé un haut niveau d’adaptation pour survivre aux fréquents changements climatiques de la région.

 

Des peuples adaptés au rythme de l’environnement

Une équipe de scientifiques chiliens et français mène depuis des années des investigations pour mieux comprendre comme les premiers habitants du détroit de Magellan -telles que les communautés Yaghan, Kaweskar et Selk’nam- s’adaptaient aux changements de leur environnement.

La méthodologie de recherche ? Excaver les anciens amas de coquilles pour étudier les habitudes alimentaires, notamment en relation à la pèche, des Patagons qui vécurent pendant l’Holocène. Il est également intéressant de savoir que les scientistes travaillent aujourd’hui avec les communautés indigènes présentes sur place pour comparer les données de ADN des descendants en vie avec celles trouvées dans les dents des squelettes des anciens.

Les résultats montrent que ces communautés suivaient un régime alimentaire en harmonie avec la saison, changeant leurs sources d’alimentation en fonction des températures ou des courants marins, sans cesse en évolution.La diversité d’os de poissons retrouvés, témoigne d’une grande capacité d’adaptation des hommes pour survivre et se nourrir dans un des environnements les plus extrême de la planète.

De plus, en utilisant leurs savoirs de navigateurs, ces communautés nomades se déplaçaient sur plusieurs sites en parcourant les fjords de cette terre sauvage.

Malgré le météo extrême de la Patagonie, cette région du monde, aussi grâce à ses currents particulières, auberge une grande diversité de poissons et oiseaux, source de nourriture pour les chasseurs Patagons.

Le danger de l’élevage intensif de saumons

Aujourd’hui, les fermes intensives de saumon mettent en danger les écosystèmes marins et le mode de vie traditionnel des descendants des premiers résidents de ces terres.

Des millions de saumons -poissons endémique de l’Atlantique, pas de l’océan Pacifique- sont élevés, consommant de grosses quantités d’oxygène qui rend impossible la survie des autres espèces de poissons, et par répercussion, celle des oiseaux des fjords.

Notre Témoignage

Pendant notre expédition en Patagonie, nous avons pu documenter l’impact de l’élevage intensif de saumons et les problématiques environnementales et sociales liées à cette faute de bon sens. Nous sommes en train de programmer la réalisation d’unfilm documentaire afinde témoigner et de partager avec vous ce que nous avons vu durant ce voyage.

C’est très intéressant de voir la mobilisation des communautés locales -comme les Yaghan- qui ont refusé d’accepter l’installation de fermes à saumons sur leurs territoires. Nous espérons pouvoir apprendre et partager leur vision et leur savoir-faireafin de contribuer à faire face aux problématiques environnementales actuelles.

 

Photo credit: Huella.cl

 

À Lire aussi

Après notre tournée en Bretagne et plusieurs interventions dans les écoles de Haute-Savoie, nous avons finalement eu la chance de rencontrer notre communauté en Isère !  La semaine passée, Erwan et ...
Découvrir

Maewan débarque en Isère

21 octobre 2020
Nous sommes ravis d’annoncer que nous faisons désormais partie de ce collectif global qui compte 2600 membres dans 45 pays. Le mouvement 1% pour la planète a été fondé par ...
Découvrir

Maewan rejoint le réseau 1% For The Planet France !

19 octobre 2020
On vous a déjà parlé de nos actions éducatives en France où nous allons à la rencontre des enfants et des jeunes dans les écoles desalentours. Aujourd’hui, on vous explique ...
Découvrir

NOS INTERVENTIONS DANS LES ECOLES

16 octobre 2020