Retour
1 sur 3

Entretien avec Xavier de le Rue

31 août 2020

Snowboarder mondialement connu et vainqueur de la coupe du monde de cross, Xavier n’a pas besoin d’introduction. Nous avons eu la chance de l’avoir avec nous en 2017 alors que Maewan se lançait dans l’expédition aux îles Kouriles dans le Kamchatka russe, où nous avons réalisé des premières sur les pentes vierges des volcans de l’archipel.

Xavier a récemment lancé une série de podcast où il discute avec le Dr. Johan Rockström, un expert en développement durable, sur les enjeux les plus important du changement climatique et les actions que nous pouvons mener pour y faire face.

A Maewan le sport créé le lien avec les communautés locales et nous permet de réaliser nos actions éducatives et environnementales. Nous avions donc très envie de connaitre l’histoire de Xavier et ce qui l’a poussé à s’engager pour l’environnement :

 

Jonathan : en tant que snowboarder professionnel, comment t’es-tu rendu compte que tu pouvais contribuer à la discussion et pousser l’action sur le changement climatique et la durabilité ?

Xavier : Honnêtement, pendant des années on m’a demandé d’agir pour le changement climatique. Je me suis toujours senti un peu coupable à cause de mon mode de vie, étant donné que je voyage beaucoup… je pensais ne pas être la bonne personne pour en parler.

Puis, une amie, étant une avocate environnementale, elle s’appelle Johannah Bernstein, m’a convaincu que ma voix était importante et que personne n’est parfait. Grace à elle, j’ai connu le Dr. Johan Rockstrom qui m’a véritablement inspiré de la même façon : personne n’est parfait et nous ne devrions pas forcement aller vivre comme des ermites. Nous avons tous de l’impact et tant que nous faisons des efforts pour améliorer la situation, c’est déjà très positif et très important.

Il m’a aussi convaincu du fait que je pouvais inspirer les gens sur la beauté de la nature et l’importance de la conserver dans le meilleur des états pour les générations futures. Lentement mais surement j’y suis arrivé. De plus, je suis plus âgé et j’ai un fils…toutes ces choses m’ont convaincu d’agir et d’utiliser mon histoire et mon nom pour faire tout ce que je peux afin d’améliorer les choses.

 

 

Jonathan : dans ton podcast « The Sustainability Dialogues » tu parles de ton expérience personnelle de voir les effets du changement climatique, de ne pas te sentir comme une voix légitime et jusqu’à te sentir coupable de ne pas faire assez. Penses-tu que cela est un sentiment répandu dans la communauté des passionnés de l’outdoor ? Que dirais-tu à quelqu’un dans cette situation ?

Xavier : en effet, je pense que beaucoup de mes amis snowboardeurs et adeptes de l’outdoor  se sentent de la même façon. Certains d’une façon plus extrême que d’autres. Honnêtement, je ne dirais pas à quelqu’un qu’il doit agir parce
que c’est une décision personnelle et qui dépend de beaucoup de facteurs (où t’en est dans ta vie, tes opinions sur le climat, ta position politique…). C’est un problème avec beaucoup de façades.

Bien sûr, je proposerai que ce soit bien de faire quelque chose qui est dans notre pouvoir. À travers toutes nos actions nous pouvons communiquer une bonne énergie qui se situe bien dans le dialogue.

Si la personne en face de moi est connectée avec la nature – ce qui est souvent le cas avec les personnes de l’outdoor  – je le pousserais d’abord à agir sur son style de vie et partager le message s’il le veut. Et peut-être partager le message dans son réseau. Je pense que je ne recommanderais pas de pousser trop dans l’extrême, parce que ça fait qu’on tourne souvent le dos au problème. C’est clairement cela qui m’a rendu sourd au problème : entendre les voix des gens très agressifs nous lançant des commentaires de manières agressifs.

Je pense que nous devons regarder en avant pour améliorer les choses et pousser à ne pas être parfait mais, constamment améliorer nos actions.

 

Jonathan : À ton avis, quel rôle peuvent jouer les athlètes outdoor  pour contribuer à la discussion et agir sur le changement climatique et la durabilité ?

Comme je disais, je crois que nous aimons la nature et que nous y sommes immergés toute notre vie. Nous nous sommes connectés. Nous avons une plateforme parfaite pour en parler, et du coup ce rôle peut se dérouler sur plusieurs niveaux. Il peut être démontré dans notre vie de tous les jours. Comme influencer nos sponsors, partenaires et l’industrie qui travaillent avec nous. Pour certains, cela peut aller jusqu’au niveau politique, par exemple Jeremy Jones avec son mouvement POW. Mais comme j’ai dis, c’est à chaque individu de prendre cette decision.

 

Jonathan : as-tu des projets intéressants à partager avec nous? 

Xavier : et bien , j’avais un gros projet avec « The Sustainability Dialogues » qui était censé être une série d’expéditions sur lesquel j’allais travailler avec Johan Rockstrom et assister à son travail à travers le voyage, le partageant avec le reste du monde. Malheureusement, à cause de la situation actuelle, le voyage a été annulé et pour l’instant je n’ai rien de prévu. Mais j’espère trouver des nouveaux projets dans l’avenir très proche

 

Jonathan : d’après un dossier de Protect Our Winters (POW), les passionnés de l’outdoor sont “étonnamment difficiles à motiver pour agir sur le changement climatique”. Selon le dossier c’est plus facile de rassembler la communauté outdoor autour du message de sauver leur mode de vie plutôt que sauver le monde. Penses-tu que les athlètes outdoor devraient souligner davantage les liens entre leur façon de vivre et le changement climatique ?

Je pense que, définitivement, il serait bien que les athlètes soient plus actifs, et encore une fois, c’est à eux de décider. C’est difficile d’obliger les gens à le faire.

J’espère que les quelques actions que j’ai faites récemment ont inspiré des gens à faire la même chose. Certains athlètes y sont incroyables et j’ai pris la position d’être actif en essayant de promouvoir la préservation de la planète.

Je suis sûr que cela est quelque chose qui devient de plus en plus courant.

 

 

Entretien réalisé par Jonathan Ambrogi, Responsable Digital. 

À Lire aussi

Six jeunes portugais ont porté plainte contre 33 pays devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme, les accusant de violer leurs droits humains en ne faisant pas assez pour faire face au changement climatique. ...
Découvrir

Portugal: quand les jeunes prennent les choses en main

28 septembre 2020
Six dates sur six localisations différentes pour échanger avec vous et vous partager les vidéos de l’aventure Maewan ! C’est une chance pour nous de partager avec vous nos anecdotes, nos expériences et les leçons apprises tout au ...
Découvrir

Maewan en tournée en Bretagne !

15 septembre 2020
  Rôle : Responsable Digital Nationalité : italienne et néerlandaise 3 passions dans ta vie : la montagne, la bonne cuisine, la découverte de l’autre Parcours avant d’intégrer l’équipe Maewan : Comme beaucoup de mes collègues, ...
Découvrir

Rencontrez notre équipe : Jonathan

08 septembre 2020