Retour
1 sur 3

Éloge à la lenteur

7 juillet 2020

Alors que la pandémie a restreint nos possibilités de voyages lointains, l’exploration à l’aide de moyens de transports doux (trains, vélo, marche) nous font rèdécouvrir l’aventure à kilomètre 0, propre et à contact avec la nature. 

Jusqu’à 80% des vols internationaux ont été annulés à cause des mesures de confinement mis en place par les gouvernements dans le monde. Pour la plupart d’entre nous, les vacances d’été seront l’occasion de rédécouvrir nos régions et pays.

Pour nous, la découverte au rythme de la nature et la lenteur sont des valeurs essentielles depuis les débuts de l’expédition. Dans une vie passée, Erwan était catapulté d’un endroit à l’autre en tant que manager et organisateur d’événement chez Petzl. C’est précisément ce qui lui a donné envie d’aller plus loin dans la connexion avec les lieux visités, d’encore mieux comprendre les communautés locales qui ont fait naitre l’idée d’une circumnavigation autour du globe au rythme des vagues, du vent et des saisons.

Aujourd’hui, la lenteur dans le voyage et l’exploration pourrait devenir une nouvelle démarche pour guider nos déplacements. Alors que selon une étude apparu dans le magazine « nature climate change » le tourisme global était responsable de 8% d’émissions de gaz à effet de serre, se déplacer lentement, avec des moyens verts est aussi une façon de voyager plus consciencieusement.

Il y a de nombreux exemples de personnes qui ont déjà embrassé cette nouvelle vision des choses et peuvent inspirer nos prochaines aventures locales et écologiques. Qu’il s’agisse du Lionel Daudet, qui a été avec nous depuis le début de l’aventure, qui en 2011 a  longé la frontière française, en parcourant 10 000 kilomètres à pied, à vélo ou en kayak (en 14 mois !), ou Geoffrey, ingénieur de 29 ans, qui a d’abord fait une traversée à pied des parcs Mercantour – Ubaye – Queyras (départ à moins de 200km de chez lui). Tout ça pour dire, comme beaucoup d’enthousiaste outdoor le savent, souvent l’aventure nous attend dans notre jardin.

Depuis 5 ans maintenant, Maewan nous permet de rencontrer les habitants de coins reculés du monde, accessibles parfois uniquement par la mer, une opportunité pour explorer l’impact de l’homme sur l’environnement, des glaces Arctiques aux îles du Pacifique. À travers l’engagement par la lenteur, nous prenons conscience que nous déplacer autrement est possible. Nous nous re-connectons avec la nature sauvage sous toutes ses formes.

En utilisant des moyens de transport lents, nous nous donnons le temps de reconsidérer notre relation avec l’environnement local qui nous entoure. Nous tirons le meilleur parti des restrictions de déplacement qui nous permetd’adapter notre manière de voyager et regarder le monde dans le respect du rythme de la nature.

À travers « Maewan, l’aventure arctique » aux éditions Paulsen, découvrez ou re-découvrez la naissance de l’aventure Maewan en vous immergeant lentement au rythme du vent.  Écrit par Erwan et le navigateur et alpiniste Éric Loizeau, le livre raconte les premières années de cette aventure, de la première escale en Islande en 2015 (où Lionet « Dod »Daudet était présente), en passant par l’escalade d’un big wall au sud du Groenland, jusqu’au passage du Nord-Ouest et Kamtchatka en Russie.

 

 

Pour en savoir plus: https://bit.ly/3dT8x1R

 

 

 

À Lire aussi

Après être passé sur les écrans du fameux Banff Mountain Film Festival, le film « Makatea Vertical Adventure » continue sa tournée en débarquant sur la côte ouest du Canada ! Nous sommes très contents de notre ...
Découvrir

Makatea présent au VIMMF (Vancouver International Mountain Film)

19 novembre 2020
En vue de la sortie du film « Makatea », voilà tout ce qu’il faut savoir sur la partie « sportive » du projet : du type du rocher aux acteurs locaux qui entretiennent ... Piégées entre les effets du changement climatique et les répercussions sociales et économiques de la crise Covid, les stations de ski, doivent-elles changer leur modèle économique ?  L’enjeu Depuis les débuts de ...
Découvrir

Quel avenir pour les stations de ski ?

29 octobre 2020